secession

Deux expositions simultanées présentées par Haller à Vienne en 2014 – l’une chez Boltenstern-Raum de la Galerie Meyer Kainer, l’autre chez Diana Lambert – présentaient un autre ensemble d’œuvres sans titre: une série de dessins transférés sur des panneaux composites minéraux, où ils émergeaient comme des lignes gravées remplies de couleurs. L’exposition à Boltenstern-Raum consistait en des images que l’artiste avait dessinées de sa main droite; les « allumettes » gauchères étaient visibles chez Diana Lambert, leur absence de l’ancienne exposition marquée par des espaces vides sur le mur entre les images.

Pour sa première exposition personnelle institutionnelle en Autriche, Julia Haller a réalisé une nouvelle série d’œuvres graphiques sur des panneaux composites minéraux, dont elle traite les surfaces par fraisage, application de pigments, et autres techniques. L’intérêt de l’artiste pour créer une situation dans laquelle les œuvres d’art peuvent être perçues à la fois comme autosuffisantes et complémentaires – dans laquelle l’exposition est plus que la somme de ses parties — est accueilli par la présentation de ses œuvres dans différentes salles de la Sécession. Des interventions subtiles manipulent davantage la perception du visiteur des pièces dans lesquelles les œuvres sont exposées.

Invité par le conseil d’administration de la Sécession
Commissariat de Jeanette Pacher