L’organisme à but non lucratif de John White, Propel America, Veut se développer en Louisiane

En juin 2018, le surintendant de l’État de Louisiane, John White, a cofondé un organisme à but non lucratif, Propel America, qui pilote son produit de cheminement de carrière dans quatre États, dont la Louisiane – même si le cofondateur White occupe le poste de surintendant de l’État dans lequel son jeune organisme à but non lucratif a commencé à faire des affaires.

On peut découvrir certains des acteurs clés au niveau national de Propel America à partir du bios LinkedIn, mais pas de la bio LinkedIn de White. Le co-fondateur White veut être le surintendant de l’État de Louisiane qui cofonde une organisation à but non lucratif qui fait des affaires avec la Louisiane, mais peut-être que le public ne remarquera pas si la connexion de White avec Propel America se limite à une observation occasionnelle, un peu comme Où est Waldo.

Paymon Rouhnifard, Co-fondateur

  • Walton Family Foundation, Entrepreneur en résidence (de 2018 à aujourd’hui)
  • surintendant de Camden City (New Jersey) (2013 – 2018)

Debra Kurshan, Chef de l’exploitation

  • Département de New York. de De (2007- 2010)
  • Consultant du District scolaire de Récupération de La Nouvelle-Orléans (2011)

Erin Bendily, Directrice exécutive

  • Département de l’Éducation de Louisiane (LDOE), Surintendante adjointe et surintendante adjointe. (2010 – 2019)

John White

  • Aucune mention en tant que co-fondateur de Propel

White ne semble pas encore tirer de compensation financière de l’organisme à but non lucratif; cependant, il a également négligé de mentionner la création de l’organisme à but non lucratif à son « patron », le Louisiana Board of Elementary and Secondary Education (BESE), et il n’a pas mentionné le pilotage de son produit nulle part, encore moins dans l’État qu’il supervise en tant que surintendant.

White s’est tellement minimisé auprès de BESE que, selon l’avocat du 30 avril 2019, il n’a jamais mentionné à BESE qu’il avait cofondé un organisme à but non lucratif – alors même que son organisme à but non lucratif pilotait son produit de cheminement de carrière à Baton Rouge et à la Nouvelle-Orléans:

Le surintendant de l’éducation de l’État, John White, est tranquillement devenu le cofondateur et le président du conseil d’administration d’un groupe national à but non lucratif visant à connecter les diplômés du secondaire à faible revenu à des emplois solides.

L’organisation, appelée Propel America, est dirigée par White et Paymon Rouhanifard, ancien surintendant du district scolaire de Camden, New Jersey. …

Mais l’entreprise est peu connue en Louisiane alors même que des projets pilotes sont lancés à Baton Rouge et à la Nouvelle-Orléans. He

Il a déclaré qu’il n’avait pas fait connaître son rôle au sein du groupe car les projets pilotes impliquant 50 étudiants ne sont pas une opération du département d’État de l’Éducation.

Gary Jones, président du Conseil d’État de l’enseignement primaire et secondaire, a déclaré que le rôle de White méritait l’attention.

« Je ne suis pas sûr que tous les membres du BESE en soient encore conscients, mais certains d’entre nous l’ont récemment appris », a déclaré Jones. « Je suis sûr qu’à un moment donné, nous aurons une discussion à ce sujet. »

L’objectif est de faire passer les pilotes de 50 étudiants initialement à 1 000 par an pour les trois prochaines années.

La minimisation de l’implication du co-fondateur White dans Propel America se poursuit dans la page Propel America de cette Fondation Draper Richards Kaplan (DRK), qui met en évidence Rouhanifard en tant que « co-fondateur » et mentionne superficiellement White:

Rencontrez Paymon Rouhanifard

Avant de lancer Propel America, le cofondateur et PDG Paymon Rouhanifard a passé près d’une décennie à travailler et à diriger les principaux districts scolaires urbains. Il a travaillé au Département de l’Éducation de la ville de New York, a été Directeur de la stratégie des écoles publiques de Newark et, plus récemment, a été surintendant des écoles de la ville de Camden dans le New Jersey.

C’est à Camden que Paymon a commencé à réfléchir davantage à ce qu’il percevait comme un faux choix face à lui et à tant d’autres élèves du secondaire à travers le pays. Les étudiants prévoyaient soit un revenu et une dette accumulée pour obtenir un diplôme traditionnel que beaucoup ne termineraient pas, soit une éducation pour travailler dans des emplois à faible salaire et à faible mobilité.

Il a vu les meilleurs étudiants lutter, dont beaucoup ne se sont inscrits à l’université que pour se désinscrire et travailler dans des emplois de commerce de détail ou de service d’entrée de gamme. À travers tout cela, il a vu le potentiel d’une voie à suivre. Tout au long de sa carrière, Paymon a rencontré des employeurs qui ont parlé d’emplois bien rémunérés et difficiles à pourvoir nécessitant un diplôme d’études postsecondaires avec des possibilités d’avancement. Il s’est rendu compte qu’il y avait une « troisième voie » — une option postsecondaire qui impliquait à la fois des études collégiales et un chemin abordable et plus rapide vers la stabilité financière.

Aux côtés du surintendant de la Louisiane John White, Paymon a décidé de créer un système permettant à un plus grand nombre d’étudiants d’accéder à des emplois de compétences moyennes bien rémunérés, avec de nombreuses options pour la réussite postsecondaire.

Avant son mandat dans le domaine de l’éducation, Paymon a passé plusieurs années dans la banque d’investissement chez Goldman Sachs et AEA Investors. Il est titulaire d’une licence en Économie et Sciences politiques de l’UNC Chapel Hill.

Même si White a officiellement démissionné de son poste de surintendant de l’État de Louisiane le 08 janvier 2020 (à compter du 11 mars 2020), selon une entrevue de sortie du 22 janvier 2020 que White a eue avec la Semaine de l’éducation, White prévoyait d’exploiter son organisation à but non lucratif alors même qu’il restait au poste de surintendant de l’État de Louisiane:

White a déclaré qu’il n’avait « aucun plan » pour son avenir immédiat. Cependant, il a déclaré qu’il continuerait à travailler sur la question de la connexion des diplômés du secondaire au travail et aux carrières, à un moment où les liens entre les employeurs et leurs communautés se sont essentiellement « dissipés. »

Il a indiqué un groupe à but non lucratif qu’il a fondé, Propel America, qui vise à connecter les étudiants aux parcours avec l’aide des employeurs et des écoles. White est président du conseil d’administration du groupe, mais a déclaré qu’il n’envisageait pas de quitter le département de l’éducation de la Louisiane pour travailler dans cette organisation.

White voulait fonder une organisation à but non lucratif et présider son conseil d’administration tout en sollicitant des contrats à cette organisation à but non lucratif auprès de l’État où il était surintendant et en prétendant qu’il se déconnectait l’un de l’autre.

Maintenant que White n’a « aucun plan » suite à son départ de la surintendance de Louisiane, il semble que (du moins pour le moment), il n’a rien de mieux à faire.

Propel se développe! Du profil LinkedIn de Propel America en novembre 2019:

Notre communauté s’agrandit ! Aujourd’hui, @PropelAmerica est présent dans 20 lycées à travers 4 États. Nous avons 400 étudiants incroyables et 80 éducateurs à bord.

 Aucune autre description textuelle pour cette image

Et même s’il continue d’occuper le poste de surintendant d’État, Propel America de White est répertorié comme présentateur de la convention de démarrage 2020 de la Louisiane dans cet itinéraire publié sur le site Web LDOE de White. Sur cet itinéraire, deux personnes sont répertoriées comme représentants de Propel America: Kristen Smith et Dustin Whitlock.

Smith est associé à la spin-off à but non lucratif de lobbying Teach for America (TFA), Leadership for Educational Equity (LEE). Dans l’article de l’Avocat d’avril 2019, Smith a été identifié comme directeur exécutif de Propel America de Lousiana, qui supervise le pilote de Propel America en Louisiane. Whitlock est un enseignant de la paroisse de Lincoln qui s’identifie sur Twitter comme le directeur du programme de Propel en Louisiane du Nord.

Bien sûr, l’objectif de White est de développer son organisme à but non lucratif, et croire qu’il n’en profitera pas lui-même est tout simplement naïf. Propel America cherche à se développer, et à le faire en Louisiane.

Si vous voulez vraiment que White disparaisse, protestez contre ses efforts sournois pour obtenir des contrats LDOE costauds via son organisation à but non lucratif. Embarrasser BESE en nixant cette prochaine récolte financière blanche de l’argent des contribuables de la Louisiane.

 john white 2017

John White

Vous voulez en savoir plus sur l’histoire des écoles à charte et des bons?

 couverture du choix de l'école (Cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Schneider est originaire du sud de la Louisiane, enseignant de carrière, chercheur formé et auteur de deux autres livres: Une chronique des Échos: Qui est Qui Dans l’Implosion de l’éducation publique américaine et Dilemme du tronc commun: À qui appartiennent nos écoles?. Vous devriez acheter ces livres. Elles sont géniales. Non, vraiment.

 les deux livres

Vous ne vous souciez pas d’acheter sur Amazon? Achetez mes livres à la Ville des livres de Powell à la place.